Marijke yearling

 

Sa voix vous envahit la peau : caressante en profondeur à la fois rugueuse et séduisante, puis brillante dans les hauteurs, délicate, fillette et d'une clarté rayonnante. En près de quatre  octaves la chanteuse et parolier germano-néerlandaise Marijke Geschäftsling peint des tableaux, construit des sculptures d'une beauté transparente, raconte des histoires touchantes de la vie. Son chant reflète son parcours artistique, sa vie, ses diverses expériences.

Trop timide pour monter sur scène, elle étudie d'abord les Beaux-Arts puis décide d'aller à l'école d'art dramatique mais intègre rapidement des rôles de comédienne chanteuse.

Elle a été enseignée par le contre-ténor Oliver May,  appris  Chant jazz avec Diethra Bishop (Hilversum, NL) et Fay Victor (NY, USA). La chanteuse basée à New York à propos de ses compétences :

"Tu es une grande chanteuse de jazz, d'une grande affinité, très musicale" .

 

Elle a travaillé entre autres avec des bassistes   Jürgen Wuchner et Norbert Dömling  (Darmstadt, Allemagne), Jon Sass (Vienne / New York) et Oliver Steidle  (Berlin, Allemagne), également avec  Basé à New York   pianiste Marco di Gennaro. Son jugement :

 

 

 

 

 

 

 

"musicalement-vocal une performance mature ..."

Radio HR2, Martin Grunenberg     

.

 

" Exceptionnel !

Ce fut un plaisir pour moi" .

 

En 2011  elle est apparue en tant que chanteuse sur le CD "LunchLoveLive" (Sound & More),

produit par le compositeur/guitariste André Cézanne. Elle a écrit  la plupart des paroles   autre  convaincu  avec un

large gamme stylistique : du Blues au  délicate Bossa, chanson française aux interprétations classiques de Fernando

poèmes de Pessoa.

  Elle a incarné Billie Holiday dans la pièce "Billies Blues" qu'elle avait écrite et  lequel  ce que hautement

acclamé et fonctionnait avec succès dans le programme de  le West Side Theatre (Darmstadt / Allemagne) 

depuis 2012 jusqu'à  2016 et est maintenant prêt pour la tournée !

Le CD « Portrait of a Lady » est sorti en avril 2013 (Sound & More)  en hommage à Billie Holiday

et en 2015, elle a tourné avec succès en tant que leader de son propre groupe.

En 2016  elle a écrit la pièce « Mensch, Kurt ! », sur le journaliste et auteur allemand Kurt Tucholsky

(* 9 janvier 1890 - † 21 décembre 1935). Elle a écrit  la musique à  une partie de sa poésie  et encore son chant et

agissant étaient  acclamé par la presse et le public.  un programme plus avant-gardiste : 

sur sa propre poésie, elle improvise avec le  le saxophoniste Eric Plandé, utilisant toutes les possibilités sonores, a également

de la  corps physiques de leurs instruments.

"Une soirée étonnante, franchissant toutes les frontières"     (Johannes Breckner, Darmstädter Echo).

Son approche de Monk a commencé quand elle avait environ vingt ans. Elle a entendu certains des airs de Monk

jouait avec Coltrane et c'était  initiale à elle d'apprendre par elle-même à jouer du saxophone ténor. 

Elle dérangeait ses voisins en improvisant au saxophone sur « Epistrophy » et d'autres airs de Monk. ils ont collé

dans son esprit et un doux sentiment de bop a émergé plus tard dans tout son chant. Dans la vingtaine c'était en premier mandat

l'énergie pour la musique, la violence qui l'a émue. Devenir mature et expérimenté en tant qu'artiste Moines

la musique a révélé plus d'aspects à ici : son sens de l'humour, sa tendresse, sa peur, sa poésie, sa vulnérabilité....

Son idée pour l'album Monk est venue de l'intérieur des histoires musicales, il lui était donc naturel d'écrire

quelques paroles pour cela, aussi. Comme elle est très sensible aux images que la musique lui fait penser, son

approcher  au matériel concerne la question moyenne : quelle est l'histoire, qui est racontée, ce qui est nécessaire pour

créer l'atmosphère de ces histoires?  « Crépuscule avec Nellie » transformé en « Crépuscule avec Nellie » :

Une image phare pour les paroles  ce « moine  marchant dans la ruelle, sur crépuscule, avec Nellie ».

Mais ensuite, elle a découvert qu'elle n'était pas capable - en tant que locuteur natif de l'anglais américain - de capturer

la forme délicate de leur relation  dans les figures de style et la texture atmosphérique  sans pour autant

entrer dans les clichés de l'écriture de chansons. Elle est donc passée au français, puisqu'elle vivait à Paris depuis quelque temps.

Elle est restée dans la tonalité originale de la mélodie, trouvant que la qualité de sa voix allait bien avec l'idée

que Monk a agi comme un grand enfant qui aurait été  perdu sans son conjoint, et tous deux étant d'un

ascendance qui comprend des expériences très douloureuses, qui pourraient s'exprimer à travers la musique.

Vous pourriez entendre cela dans l'improvisation collective au milieu de la mélodie.

« Ses leitmotivs - images, récit, atmosphère - sont aussi à l'honneur pour son approche du matériel musical. 

"Eh bien, vous n'avez pas besoin" elle a basculé sur une Rumba, pour souligner le ton ironique et humoristique des paroles.

Evidemment, c'est une danse de soulagement quand on peut dire : c'est fini maintenant !

"Autour de Minuit"
E. moine
cliquez pour activer/désactiver